Etudes sur le siècle des Lumières

Financé par la CUSO, le programme doctoral « Etudes sur le siècle des Lumières » est placé sous la responsabilité d’un conseil scientifique composé de professeurs des universités partenaires. Il réunit actuellement plus de 40 doctorantes et doctorants. Ce programme se noue au carrefour de l’histoire moderne, de l’histoire de l’art, des études littéraires et de la philosophie. La qualité de la relève académique, l’ampleur et la complexité des problématiques qui restent à étudier, l’ambition de promouvoir des approches renouvelées du passé, le désir d’offrir aux jeunes chercheurs le meilleur encadrement possible ont motivé la création de cette formation. Celle-ci constitue aussi une plate-forme prometteuse de synergies et de collaborations interuniversitaires et interdisciplinaires dans les études dix-huitiémistes où la pluridisciplinarité est intrinsèquement liée aux objets d’études. C’est, enfin, pour de nombreux chercheurs, une expérience humaine enrichissante et une occasion de s’intégrer efficacement à la communauté scientifique.


Structure & Activités

Le programme bénéficie de l'expertise d'un conseil scientifique réunissant une vingtaine de spécialistes en histoire, histoire de l'art, littératures et philosophie. Cette forme d’organisation assure un encadrement permanent stimulant. Un coordinateur assure la gestion des tâches administratives et budgétaires du programme.

Des activités régulières sont proposées tout au long de l’année, associant jeunes chercheurs et professeurs. Ces rencontres prennent la forme de cours, de conférences, de journées de mentorat ou de rencontres scientifiques (colloques). On y traite autant de questions méthodologiques que de problèmes d’historiographie des Lumières. Ces séances permettent aux doctorants de prendre la parole en discutant des problèmes particuliers, conceptuels ou pratiques liés à leur recherche. Le Programme offre aussi des visites guidées par des spécialistes dans des sites pertinents pour les dix-huitiémistes, en Suisse (Archives françaises de Soleure, Bibliothèque des Pasteurs à Neuchâtel, Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Bibliothèque du Château d’Oron) et à l’étranger. Enfin, à l’occasion des Congrès internationaux d'étude sur le dix-huitième siècle, le programme doctoral propose un ou plusieurs ateliers/panels relatif à la problématique des Lumières helvétiques (Graz/2011, Rotterdam/2015).


L'interdisciplinarité

L’interdisciplinarité est intrinsèquement liée aux études sur le siècle des Lumières. Cette dimension a déterminé et détermine encore l’organisation et les pratiques de la recherche. Elle permet de penser autrement des domaines du savoir pourtant déjà bien étudiés. Le XVIIIe siècle est une période de l’histoire que les sciences humaines ont depuis longtemps appris à considérer sous des angles disciplinaires différents, surtout parce qu’elles la comprennent comme un espace de circulation des idées, des formes d’expression et des champs d’exercice de la pensée. L’espace helvétique, au carrefour des Lumières françaises des Philosophes et des nuances apportées par les Lumières allemandes ou italiennes, s’enrichit à ces contacts. La recherche se nourrit de ces multiples dimensions et puise dans les travaux des institutions académiques et des productions des sociétés. L’espace helvétique est connu pour la richesse de son patrimoine archivistique, ses bibliothèques et ses musées. Il importe d’en connaître mieux les contours et d’en apprécier les contenus diversifiés. La recherche interdisciplinaire y concourt incontestablement, en offrant aux doctorants de soumettre leurs objets d’études (diplomatie, théâtre, discours scientifiques, culture de l’imprimé, production scientifique, culture juridique, formes littéraires, image de l’autre…) aux questionnements croisés de divers disciplines.