Information détaillée concernant le cours

[ Retour ]
Titre

Risques et catastrophes : une histoire connectée et de longue durée (XVIe – XXe siècles)

Dates

16-17. 12. 2021

Organisateur(s)/trice(s)

Dr. Véronique Stenger (Cuso PDHC) 

Olinda Testori (Doctorante, Cuso Lumières) 

Intervenant-e-s
Description

Ce workshop interdisciplinaire souhaite réunir les doctorant-e-s CUSO autour d'une réflexion commune sur le risque, dans son amplitude chronologique et thématique, sans restriction épistémologique. S'appuyant sur les acquis de la recherche en sciences sociales et humaines de ces trois dernières décennies, ce workshop souhaite explorer de nouvelles perspectives de recherche et privilégier une approche connectée et trans-période.

 

Les recherches en sciences sociales sur le risque se sont considérablement développées ces trois dernières décennies, contribuant à un renouvellement important de ce champ. L'un des acquis de la recherche a notamment été de considérer les risques et leur administration non comme l'application d'une pensée probabiliste, mais comme des phénomènes socialement construits, mettant en jeu des acteurs aux intérêts contradictoires et des mécanismes de gestion complexes. De nombreux aspects de l'histoire du risque restent cependant encore insuffisamment étudiés. Les expressions populaires face au risque et aux catastrophes (naturelles, industrielles, sanitaires), les imaginaires du risque, les expériences quotidiennes individuelles du danger, les processus de « mises en risque », ou encore les effets de la mondialisation du risque sur les politiques de gestion et le rôle des savoirs profanes, sont quelques-unes des pistes d'analyse qui nous semblent intéressantes d'approfondir.

 

Sur le plan théorique, nous souhaitons encourager le dialogue interdisciplinaire dans l'appréhension des situations de risques. Les apports de la littérature, de la philosophie, de l'anthropologie ou encore du droit nous semblent intéressants pour dépasser une appréhension essentiellement technique et scientifique de ces situations.

 

Sur le plan méthodologique, les acquis de ces trente dernières années nous semblent aussi ouvrir de nouvelles possibilités d'analyses plus attentives aux circulations (idées, acteurs, savoirs, pratiques) et aux connexions par-delà les territoires, les villes ou les État-nations considérés. La mise en lumière de ces circulations et de ces connexions dans la définition du risque et son administration invite à décloisonner les « cultures du risque » et à élaborer de nouvelles perspectives d'analyse par l'inscription de l'étude du risque dans des processus dynamiques et des identités géographiques plus larges.

 

Deux axes de réflexion sont envisagés :

 

 

1. Historicisation

 

Les sociétés ont toujours été confrontées aux risques et aux catastrophes (naturelle, industrielle) et ont apporté différentes réponses pour assurer un degré de sécurité (individuelle, collective) acceptable. Les recherches récentes en sciences sociales sur le risque ont insisté sur la nécessité de dépasser une vision traditionnelle et linéaire de compréhension des risques dans l'histoire. Le schéma qui oppose une interprétation théologique des catastrophes à des réponses rationnelles et laïcisées que produiraient les risques industriels des sociétés modernes est désormais obsolète. La perspective interdisciplinaire et de longue durée adoptée dans ce workshop a pour objectif de montrer le caractère historiquement situé des perceptions du risque et des réponses qui lui sont apportées.

 

 

2. Approche connectée/transnationale/globale

 

Ce workshop souhaite « prendre le risque » d'éclater les frontières épistémologiques et géographiques du risque. Nous cherchons en particulier à montrer comment le risque peut recouvrir des « réalités » différentes en fonction des espaces géographiques où il circule et des acteurs qui s'en saisissent.

 

Les contributeurs-trices sont aussi invité-e-s à mettre en perspective les phénomènes de circulation, de connexion et les processus de réappropriation (modèles, normes, définitions) face au risque. Ce workshop souhaite interroger l'importance des circulations (idées, acteurs et pratiques) dans les processus de définition de certains événements comme des situations de risque, et d'élaboration d'une expertise sur le risque. Nous nous intéressons en particulier aux lieux de formation, d'échanges et de diffusion des savoirs experts (sociétés savantes, institutions scientifiques et académiques, congrès internationaux, organisations internationales). Ce workshop cherche aussi à mettre en lumière l'importance des expériences étrangères dans les processus d'administration du risque. L'analyse sur plusieurs échelles a pour objectif d'interroger les spécificités locales dans la gestion des risques et de mettre en lumière les expériences « partagées » du risque.

 

Déroulement du workshop :

 

Le workshop se déroulera les 16-17 décembre 2021. Les deux journées seront consacrées à la présentation et à la discussion des papiers soumis par les doctorant-e-s des programmes PDHC et Lumières. Nous prévoyons également d'organiser une conférence publique donnée par un-e intervenant-e externe.

 

Nous demandons à chacun des doctorant-e-s de bien vouloir envoyer un résumé (250 mots) avant le 30 septembre 2021 à olinda.testori(at)unige(dot)ch et à stenger.histoire(at)gmail(dot)com

 

Les participant-e-s enverront ensuite aux experts le texte de leur présentation avant le 15 novembre 2021.

 

Comme nous prévoyons de publier un numéro spécial dans une revue à comité de lecture avec toutes les contributions, nous nous attendons à ce que votre travail soit original et n'ait pas été publié auparavant.

 

Lieu

Université de Genève

Information
Places

22

Délai d'inscription 08.12.2021
Contact

Dr. Véronique Stenger (Cuso PDHC) stenger.histoire(at)gmail(dot)com

Olinda Testori (Doctorante, Cuso Lumières) Olinda.Testori(at)unige(dot)ch

short-url short URL

short-url URL onepage